Call me by your name de André Aciman

Titre du roman: Call me by your name
Auteur: André Aciman
Date de sortie: 31/01/2019
Editeur: 
Le livre de Poche
Total de pages: 320
Genre: 
Romance, LGBT
Prix: 
7,90

Résumé:
Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature.
Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. 

Avis:
Au fond de ma bibliothèque, j’ai mis beaucoup de temps à sortir ce livre. Il faut dire que j’en avais entendu parler et que je ne voulais voir le film qu’à la condition d’avoir lu le livre. Alors je me suis décidé à le sortir et à le lire. Pour résumer, on se situe dans les années 80. Élio est un garçon italien de 17 ans. Ses parents, des intellectuels, vivent dans une grande maison où chaque été, ils accueillent un invité pour assister son père mais aussi pour découvrir la ville et ses coutumes. Cette année, c’est Oliver qui est choisi pour partager cette chance. Un américain qui assiste le père mais aussi qui charme toute la famille. C’est alors que va commencer une histoire d’amour.

Élio est un homme assez introverti et musicien. Il joue principalement de la guitare et du piano et n’hésite pas à parodier certains musiciens. Il est hétéro, mais à la venue d’Oliver, il se sent attiré par lui. Durant la moitié du roman, on le voit hésité entre succomber à cette tentation ou bien à résister.

Oliver est un américain de 24 ans qui arrive en Italie. Bilingue, il arrive facilement à s’adapter aux coutumes de l’Italie. Dès son arrivée, il embête Élio qui se laisse facilement avoir et entre les deux, s’installent un doute. Entre les joutes verbales, les colères d’Elio et la froideur d’Oliver, chacun ne sait plus réagir envers l’autre. Ce qui donne des scènes ambiguës.

Élio décide de sortir avec Marzia pour tenter de résister à Oliver, mais ça n’a pas l’air de fonctionner puisque Élio revient constamment vers Oliver.

Dans les années 80, on est dans une époque où être juif était mal vu. On voit la différence entre les deux personnages. Élio est fier de porter sa croix et de montrer à tout le monde sa culture car il a été éduqué pour ne pas avoir à se cacher, mais être fier de ses origines. Quant à Oliver, il cache sa croix dans son tee-shirt et est surpris de voir qu’Elio est à l’aise. De plus, la grosse différence entre les deux, c’est qu’Elio a beau essayer de réprimer ses sentiments envers Oliver, il succombe quand même à Oliver. La famille d’Elio découvre leur secret mais ne les juge aucunement. Son père encourage même Élio à poursuivre cette aventure. On apprend que ses parents ont rejeté Oliver à cause de son homosexualité.

La fin? Je ne peux pas trop vous spoiler donc je dirais qu’elle est à la hauteur du roman mais surtout du contexte. Elle ne me plaît pas, mais je tire mon chapeau pour avoir écrit cette fin…

J’ai découvert André Aciman avec ce livre et je peux vous dire que malgré quelques passages, où je me suis ennuyé parce qu’il n’avait ni action, ni sensation, je l’ai dévoré. Et après avoir vu le film, que j’ai adoré du début à la fin, je ne peux que vous conseiller ce livre. J’ai vu qu’il y avait une suite. Je vais de ce pas l’acheter et le lire. Avant que le deuxième film ne sorte…