La maison du bord de mer de Larème Debbah

Titre du roman: La maison du bord de mer
Auteur: Larème Debbah
Date de sortie: 19/09/2019
Editeur: Librinova
Total de pages: 262
Genre: Thriller
Prix: 14,90

Résumé: 
« Deux femmes dont le destin va être bouleversé, par des secrets, des mensonges, des trahisons. Une disparition incompréhensible. Une réalité inconcevable. La vie peut nous paraître belle et sournoise, délicate et destructrice, exceptionnelle et tragique. Comment rester rationnel face à ces irruptions inattendues qui nous arrachent à nos êtres chers ? Comment réagir et donner un sens à ce que nous ne pouvons concevoir ? Comment apprendre à revivre, à sourire lorsque le pire s’abat sur nous ? Parce que dans le fond, la vie est belle, quoi qu’elle puisse nous réserver. »

Avis: 
Je tiens à remercier Netgalley pour cet envoi. Pour résumer, deux couples vivent heureux dans leur ménage. Enfin, heureux est un bien grand mot… Rachel a un travail qui lui prend du temps et une grande ambition. Son compagnon est père au foyer. Il élève leurs jumeaux par choix et non par contrainte. Chloé est psychiatre et maman de deux enfants elle aussi. Son mari travaille dans le social. Il aide des jeunes défavorisés et va jusqu’à même s’attacher à eux. Il en oublie parfois ses propres enfants. Leur point commun? Leurs enfants se connaissent, car ils sont scolarisés dans la même école. Il suffit d’un jour, d’une décision (ou dans ce livre-là, plusieurs décisions, pour que le destin dérive…)

Dans cette histoire, je me suis beaucoup attachée aux personnages féminins. J’ai admiré Rachel pour sa force de caractère et son besoin de pardonner. Quant à Chloé, j’ai aimé son besoin d’aider les gens, quitte à mettre son couple entre parenthèses. Chloé veut aider Rachel malgré les circonstances. Ce lien d’amitié qui, au début, était improbable, voire impossible, est rendu possible grâce aux deux femmes et à leurs caractères (je ne vous en dis pas plus…)

Je n’ai pas été surprise par la fin, car en lisant le livre, on comprend que ça ne peut que se terminer d’une seule façon. Je l’ai beaucoup aimé à en verser une petite larme.

L’auteure, Larème Debbah, parle dans ce roman, d’un sujet assez délicat. Elle l’a su y mettre beaucoup de sensibilité. Elle a su donner à Rachel, le pouvoir du pardon, car ce n’est jamais facile de pardonner quelqu’un… Elle nous a montrés que le pardon est toujours possible et que l’amitié peut être improbable, mais pas impossible. J’ai aimé sa plume, son histoire et son style. Je n’ai pas vu défiler les pages et à la toute fin, j’avais encore l’histoire dans ma tête. Je dirais que c’est un coup de coeur…

Âme de pirate de Charlotte Macaron

Titre du roman: Âme de pirate
Auteur: Charlotte Macaron
Date de sortie: 9 janvier 2020
Editeur: 404 éditions
Genre: Aventure, fantastique, suspense, thriller
Partenariat: Netgalley
Prix: 7,99

Résumé:
« Il ne fait jamais bon aller dans les Mortes-Îles. Naviguer dans ce labyrinthe d’îles, si proches les unes des autres qu’elles frôlent la coque des navires qui s’y aventurent, affronter le brouillard opaque qui les recouvre, et les ombres qui s’y cachent, relève de la folie furieuse ! Mais, poursuivi par la Marine Royale, l’équipage pirate du Saule pleureur n’a pas le choix. Ils ne se laisseront pas intimider par la sombre réputation des Mortes-Îles. Ils ont à leur bord les meilleurs navigateurs, et rien n’arrêtera leur soif de liberté. Pourtant ce labyrinthe leur réserve bien des épreuves et ils n’en sortiront peut-être pas indemnes… »

Avis: 
C’est un roman que j’ai reçu en format epub dans ma liseuse. À son ouverture, j’étais étonnée qu’il n’ait pas beaucoup de pages. C’est une nouvelle d’une cinquantaine de pages environ où on se plonge directement dans l’univers des pirates, à l’entrée des Mortes-Îles. Pour résumer, c’est un équipage pirate qui est poursuivi par la Marine Royale. Une course-poursuite en pleine mer, qui va les conduire à se mettre en danger… Et surtout à démontrer une complicité entre les pirates. 

Le roman manque de description envers les personnages. On n’a pas le temps de bien les connaître et de s’attacher. On sait seulement que Jack Akerley est le capitaine du bateau Saule pleureur et qu’il est très discret et que son second est une femme prénommée Ramona Lakja. L’équipage est très peu décrit. Tout comme l’action, ils sont montrés en surface, comme si le narrateur était seulement externe. Je trouve ça dommage. 

Le roman raconte la traversée dans les brumes ainsi que la course poursuite. Il y a de la magie où diverses légendes et contes fantomatiques y sont contées, le chant : Larme du pirate qui est à la fois un hymne et une prière. C’est un peu comme une formule. J’ai beaucoup aimé ce chant et ce côté magique qui mélange piraterie et magie. 

Ce roman est un peu court pour l’histoire. Charlotte Macaron raconte en beauté cette poursuite, qui n’ait pas tout le temps facile pour les pirates ni même la Marine Royale. Cette part de magie qui accompagne les pirates durant ce voyage me fait rêver et voyager à leurs côtés. Toutefois, je trouve dommage qu’il soit aussi court. J’aurai aimée qu’elle approfondisse les personnages pour qu’on s’identifie à eux et pour qu’on s’attache. Je dois chapeau quand même à cette nouvelle qui nous met dans le bain dès le départ. Je recommande ce livre.  

Je remercie Netgalley France de m’avoir envoyé ce livre. Sans quoi je ne l’aurais jamais lu.

Le journal de Claire Cassidy de Elly Griffiths

Titre du roman: Le journal de Claire Cassidy 
Auteur: Elly Griffiths
Date de sortie: 2 janvier 2020
Editeur: Hugo Thriller
Total de pages: 444 
Genre: Thriller, Policier, Polar, Fiction
Prix: 19,95

Résumé:
« Dans le collège anglais où elle enseigne, Claire Cassidy donne chaque année un cours sur un classique de la littérature gothique,  » L’Inconnu « , de R.M. Holland. Cet écrivain a vécu et enseigné dans le même collège que Claire, qui, fascinée par ce personnage qui hante encore les murs de l’établissement, travaille à l’écriture de sa biographie. Mais un jour, Ella, sa collègue et amie est retrouvée morte. À côté de son corps, une citation de  » L’Inconnu « … La littérature et la vraie vie entrent alors en collision, et Claire devient suspecte aux yeux de la police. Et le mystère s’épaissit lorsqu’elle ouvre son journal intime, ce journal dans lequel elle écrit chaque jour, et découvre une écriture qui n’est pas la sienne :  » Bonjour, Claire. Tu ne me connais pas.  » L’Inconnu, lui, connaît Claire, jusqu’à ses moindres secrets. »

Avis: 
Je n’ai pas l’habitude de lire des thrillers et j’avoue avoir eu du mal à rentrer dans le livre. Pour résumer, voici l’histoire: une jeune femme Claire Cassidy est professeur dans un collège. Ce collège était le lieu où résidait R.M. Holland où elle doit écrire un livre sur sa vie. Elle est passionnée par le roman « L’Inconnu » de ce défunt écrivain. Tout se passe bien jusqu’à ce qu’un individu décide de tuer les professeurs de ce collège. Le lien entre ses meurtres: Claire Cassidy. Le meurtrier s’adresse à elle à travers les corps et son journal. 

Comme dans chaque critique, je réponds à la question: dans quel personnage je me suis identifiée… Et ce n’est pas le personnage principal Claire Cassidy. Je l’ai beaucoup aimé. Elle n’hésite pas à aider les autres quitte à s’oublier elle-même et on dirait qu’elle porte le poids des responsabilités sur les épaules. Son divorce avec son ex-mari et le fait qu’elle est encaissée le fait qu’il a fait sa vie ailleurs l’a rendent attachante, mais j’ai aussi trouvé qu’il manquait de profondeur au personnage. Le fait qu’on ne sache pas beaucoup son passé ni qu’on ne sait pas qui elle est vraiment fait que je n’ai pas réussi à m’attacher. Je me suis plus attachée à sa fille Georgie de son vrai nom Georgia. J’ai vu beaucoup de points communs avec moi: le fait qu’elle adore écrire, est rebelle, a des parents divorcés et sort avec un homme plus âgé qu’elle, j’ai cru me voir dans ce personnage. J’ai trouvé qu’elle était plus importante dans le roman… Je vais vous parler d’un dernier personnage: Harbinder. J’ai trouvé qu’elle sortait du cliché du policier banal. J’étais étonnée qu’elle soit une femme tout d’abord, car le nom ne nous laisse pas penser son sexe. Je pense que c’est voulu. Ensuite, le fait qu’elle soit une ancienne étudiante du fameux collège fait qu’elle est plus attachée à l’enquête qu’un policier lambda. Et enfin, j’ai aimé qu’elle soit gay. J’ai même pensé que Claire et elle allaient finir ensemble. Je l’ai adoré.

J’ai énormément apprécié la fin. C’est une bonne chute… Je ne suis pas spécialiste des thrillers donc je ne peux pas trop en parler. Je peux juste dire que je ne m’attendais pas au coupable ni comment ça allait se terminer… Je pensais que c’était quelqu’un d’autre. J’ai aimé que l’auteure ait mis le texte de l’Inconnu à la fin. J’ai pu lire la nouvelle en entier et du coup mieux comprendre. 

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé le roman. L’auteure était fluide et sa plume m’a fait que je n’ai pas pu lâcher le livre. Je l’ai dévoré de la première à la dernière page. Je le conseille les yeux fermés ou devrai-je dire les yeux grands ouverts. Attention quand même à ne pas oublier le monde extérieur…

Je remercie Netgalley France de m’avoir envoyé ce livre. Sans quoi je ne l’aurais jamais lu.